AnimauxExotiques.com
 
     


 Accueil Oiseaux

 Anatomie

 Comportement

 Espèces

 Maladies

 Mue

 Nourriture

 Reproduction
 Plantes toxiques

 Les pinsons

 Nourrissage à la main
 Quarantaine

 Sexage

 Soins

 Transport

 Sélection d'un oiseau

 Vie en captivité

 F.A.Q.

 

Anatomie

La première caractéristique de l'oiseau étant sa capacité de voler, tout dans sa nature le prédispose au vol. Sa température corporelle est plus élevée (40-42°C) que celle des autres animaux en général, afin de lui donner de la légèreté. Tous ses systèmes ont été conçus en fonction du vol. Voici un aperçu de l'anatomie de l'oiseau.

Les plumes

Les plumes permettent à l'oiseau de voler. Elles jouent aussi un rôle d'isolant. Il y a plusieurs types de plumes, toutes différentes les unes des autres. Il y a deux catégories : les plumes de contour (celles qu'on voit) et les plumes de corps (en dessous des plumes de contour). Dans les plumes de contour, on retrouve les rémiges primaires et secondaires. Les rémiges primaires (les principales plumes de vol) sont les 10 longues plumes au bout des ailes, ce sont elles qu'on taille lorsqu'on ne veut pas que notre oiseau vole. Les rémiges secondaires sont celles qui suivent les primaires près du corps (elles servent aussi au vol). Ensuite, il y a les rectrices qui sont les plumes de la queue et les tectrices qui sont les petites plumes qui recouvrent tout le reste du corps. Ensuite, il y a les plumes de corps, qui ont diverses fonctions comme la régulation de la température corporelle. Elles sont toutes en dessous des plumes de contour, à la base de la peau. Il y a les plumes de duvet, les filoplumes, les soies et le duvet poudreux (c'est le duvet poudreux qui crée de la poudre lorsque votre oiseau lorsque l'oiseau se secoue et se lave).

La croissance des plumes
Premièrement, lorsqu'une plume tombe, une nouvelle la remplace tout de suite. Elle commence sa croissance par une papille (qui ressemble à un petit pic qui sort de la peau de l'oiseau). La plume en tant que telle pousse dans une enveloppe protectrice très vascularisée (remplie de nombreux vaisseaux sanguins). Lorsque la croissance est terminée l'enveloppe sèche et l'oiseau la gratte ou l'enlève avec son bec. Dès lors, il y a une nouvelle plume fait de tissu non vivant. Si une plume en croissance est cassée, il faut tout de suite l'arracher à la base, car elle risque de saigner très longtemps, puisque les oiseaux ont un système de coagulation sanguine déficient. Une fois la plume arrachée de son fourreau, le saignement arrêtera probablement. Si tel n'est pas le cas, il s'agit de faire des pressions directement au lieu d'origine du saignement.

La peau, les membres et la tête

Les oiseaux ont les membres antérieures (les ailes) conçus pour le vol et leurs pattes postérieures sont conçues pour saisir des proies au sol, pour nager, se percher, ou tout simplement pour marcher. Le bec est droit ou crochu, selon l'espèce, et les doigts au nombre de 2 à 4 (majoritairement 4) par pattes, sont soient orientés 2 vers l'avant et 2 vers l'arrière (perroquets, perruches) ou 3 vers l'avant et 1 vers l'arrière (canari, pinson, mainate).

Les oiseaux n'ont pas de dents. L'oiseau a deux paupières et une paupière nictitante (comme celle des chats et des chiens) qui ressemble à une petite peau blanche et passe en dessous des deux autres paupières. L'oiseau a des oreilles, même si elles sont cachées. En effet, les oreilles des oiseaux se situent en dessous des plumes, de chaque côté de la tête. Elles n'ont pas de pavillon externe comme les humains. Lorsqu'on tasse les plumes, il est possible de voir ces petits trous qui servent d'oreilles à l'oiseau. Le cire des oiseaux est la partie saillante qui entoure les narines chez certaines espèces d'oiseau comme les perruches.

La peau des oiseaux est terriblement mince et fragile (il n'est donc pas surprenant de voir les vaisseaux sanguins des oiseaux à travers leur peau). Les oiseaux n'ont aucune glande sudoripare, mais la majorité des espèces ont une glande appelée la glande uropygienne à la base de la queue qui sert à lisser les plumes et à les imperméabiliser. L'oiseau va chercher, à l'aide de son bec, les sécrétions de la glande et les étend partout sur son corps.

Le squelette et les muscles

Le squelette de l'oiseau est pneumatisé (pour aider à la légèreté de l'oiseau). Les os ont dans leur cavité des sacs aériens remplis d'air reliés avec le système respiratoire. Le bec est conçu pour couper l'air. Les muscles sont lourds (jusqu'à 1/5 du poids de l'oiseau), mais ils jouent un très grand rôle dans le vol, car même léger, s'il n'avait pas de muscles pour forcer, l'oiseau ne volerait pas.

Le système respiratoire

Le système respiratoire est sans aucun doute le système le plus complexe de l'oiseau. L'oiseau vole à l'aide de son petit poids, à l'aide de ses os légers, ses ailes, etc., mais surtout parce qu'il a de nombreux sacs aériens remplis d'air chaud. Les oiseaux ont des poumons, mais ils ne respirent pas qu'avec cela. Les sacs aériens jouent un énorme rôle dans la respiration. Il y en a plusieurs types : caudaux, crâniaux, à l'intérieur des os, etc. Les narines des oiseaux sont situées vers le haut et lui permettent de respirer l'air. La choane est une fente dans le palais qui permet à l'air d'aller des narines vers la glotte (cette dernière s'ouvre pour laisser passer l'air).

La respiration chez l'oiseau n'est pas aussi simple que la nôtre. Elle se passe en 4 étapes. Une première inspiration amène l'air dans les sacs aériens caudaux (et non directement dans les poumons comme chez l'humain). Ensuite, une première expiration amène l'air dans les poumons (à ce moment les échanges d'air se font). Par la suite, l'air est inspiré de nouveaux dans des sacs aériens (les crâniaux cette fois-ci) et pour finir la dernière expiration expulse l'air en dehors du corps. Tous ces échanges gazeux ont pour fonctions la respiration et l'oxygénation, mais aussi celle de rendre l'oiseau plus léger pour le vol.

Avec un système respiratoire aussi complexe, il n'est donc pas surprenant d'entendre dire que les oiseaux souffrent souvent de troubles respiratoires.

Le syrinx
C'est l'organe de vocalisation de l'oiseau. Il n'a pas de cordes vocales comme l'humain. C'est grâce au principe de sortie d'air que l'oiseau peut faire des sons. Au moment de l'expiration, l'air passe dans le syrinx et provoque la fermeture des membranes tympaniques. Ensuite, la contraction musculaire permet d'ouvrir légèrement les membranes pour laisser passer un filament d'air : cela crée un son! Si un serin fait de plus beaux sons qu'un canard, c'est qu'il possède plus de muscles qui écartent les membranes tympaniques (les canaris auraient 5 de ces muscles tandis que le canard n'en aurait aucun). Donc, il est impossible de faire enlever les cordes vocales de votre oiseau, si vous le trouvez trop criard, puisque celui-ci n'en a pas!

Le système reproducteur

Les testicules du mâle sont à l'intérieur du corps. Elles sont toujours très petites, sauf en période de reproduction. Chez la femelle, seul l'ovaire gauche et l'oviducte gauche se développent. L'ovaire droit et son oviducte sont absents. Pour copuler, le couple colle leur cloaque ensemble. Le vagin chez la femelle se termine en cloaque, tout comme les conduits du mâle se terminent en cloaque. Le mâle n'a pas d'organe copulatoire, sauf chez le canard et l'autruche.

Le système digestif

Le système digestif commence d'abord et avant tout par le bec. La nourriture avalée passe par l'oesophage (comme pour les mammifères) mais, au lieu de s'en aller directement dans l'estomac, elle tombe dans une cavité appelée le jabot (qui sert à humidifier les aliments). Ensuite, le bol alimentaire continue sa course vers le proventricule (estomac glandulaire qui digère la nourriture). Ensuite, le bol se rend dans le gésier où la nourriture en pleine digestion se fait brasser. C'est également à cet endroit qu'a lieu le mélange de la nourriture avec le gravier ingéré (pour les espèces ne décortiquant pas leurs grains). Les aliments qui ne peuvent être digérés et les autres déchets seront éliminés en passant par les intestins et le cloaque. Bien entendu, comme nous, ils ont un foie et un pancréas qui jouent semblablement les mêmes rôles que ceux de l'humain. Le cloaque est l'orifice où se rencontrent les divers systèmes tels le système urinaire, le système digestif et le système reproducteur.

Le système urinaire

Le système urinaire est aussi modifié. Les oiseaux n'ont pas de vessie pour entreposer l'urine (c'est pourquoi ils urinent tout le temps). Les reins sont en paire et comportent 3 lobes. Les oiseaux ont des uretères, mais pas d'urètres. L'azote est évacué sous forme d'acide urique.

La fiente

La fiente est constituée des déchets urinaires et des déchets digestifs. La partie liquide de la fiente est l'urine. La partie solide est les fèces. La partie liquide entoure les fèces. Celles-ci ont diverses couleurs tout dépendant de ce que l'oiseau a mangé. Les fèces seront plus noires s'il mange de la moulée. Un oiseau qui mange beaucoup de fruits ont des fientes plus liquides (plus d'urine). Les urates (acide urique) sont la partie blanche de la fiente. Le stress peut amener l'oiseau à faire plusieurs petites gouttes de fiente liquide. Un oiseau qui augmenterait sa production d'urine (polyurie) serait à surveiller attentivement. Il en est de même pour un oiseau en diarrhée.

 
 
Copyright © 2001-2014, Les animaux exotiques / Carole Boissonneault. Tous droits réservés